« Entre Miel et Pierres » offre un message en écartant toute leçon de morale. Il ouvre des portes à la réflexion sur des problèmes actuels: le respect de la nature et des êtres vivants, la solidarité, le racisme, la responsabilité, poserait la question de la citoyenneté: respecter l’autre et le territoire sur lequel on vit. Martine Macre a écrit le texte Entre Miel et Pierres, fruit de conversations et de réflexions menées en commun, nourries des expériences avec le jeune public. Le conflit des Balkans a été comme un révélateur sur la question de l’identité, de nation, de frontière. Son séjour à Sarajevo a renforcé l’idée qu’il fallait aborder le thème de la guerre, situation extrême, afin de justifier le fait que les deux jeunes enfants, Striela (Flèche en bosniaque) et Vietar (vent), se retrouvent seuls et restent ensemble pour affronter le monde. Le point de départ est une solidarité dans le malheur qui pousse à regarder l’autre, à le prendre en compte dans son propre parcours de vie. L’amitié et l’affection naissent de cette conscience de l’autre pour parvenir à la confiance. Cette solidarité permet à Striela et Vietar de s’opposer aux mensonges du despote Mister Poubelle. Le texte ne donne pas de solutions aux problèmes évoqués mais invite le public à la réflexion. L’écologie est un sujet sérieux que l’on peut traiter avec humour. Le traitement poétique et le parti-pris esthétique amènent une réflexion sur notre société au jeune public et aux plus grands. L’image vidéo offre des plages visuelles entre le réel et l’imaginaire (certaines vidéos ont été tournées à Sarajevo).

Le spectacle présente une variété de marionnettes selon les univers abordés. Une trentaine de marionnettes prennent en charge la plupart des personnages. Chaque marionnette représente entre 150 à 220h de travail pour al confection et autant d’heures pour le travail de recherche dans la manipulation. Striela et Vietar sont des marionnettes réalistes à contrôle arrière. Des marionnettes à gaine et à tiges ont été crées et d’autres techniques sont utilisées dont les manipulations ont été inventées. Chacune a été pensée de façon à permettre, d’une part de s’identifier et d’autre part d’ouvrir un imaginaire. Approche du spectacle Le texte a été lu à des élèves de 7 ans à 9 ans et a suscité en eux l’envie d’en savoir davantage. Les réactions des jeunes enfants ont permis de renforcer quelques parties du texte, et nous ont convaincu de l’urgence de la problématique. Les enseignants ont ainsi pu aborder certains sujets difficiles, tels que la guerre, la mort et le racisme. Des pédopsychiatres, à qui nous avons confié le texte, estiment qu’évoquer des problèmes importants de façon elliptique autorise l’ouverture de l’imaginaire des enfants, la censure vient souvent des adultes trop protecteurs et trop moralistes. Les enfants qui ont pu assister aux présentations lors des résidences ont bien saisi les enjeux du spectacle et ont exprimé leur satisfaction. Des rencontres peuvent être organisées pour aborder les sujets évoqués dans le spectacle aussi bien que les techniques de la marionnette.


Synopsis :

C’est l’histoire de la rencontre de deux enfants de la guerre. Vietar et Striela (Vent et Flèche en bosniaque). Vietar a vécu la guerre, Striela l’a vue. Ils partent ensemble à la recherche d’un oncle fâché à l’autre bout du pays – pays sans nom pour être universel. Ils rencontrent tour à tour un guerrier qui ne se rend pas compte que la guerre tue, un bûcheron qui pleure parce qu’il a coupé trop d’arbres dans la forêt, un agriculteur qui se lamente parce qu’il a mis trop d’engrais dans ses cultures,un pêcheur effrayé parce qu’il a trop pêché de poissons,  un vieillard qui refuse de vieillir. Tout ça parce que Mister Poubelle a trompé les hommes en leur déversant des mensonges. Vietar et Striela vont combattre Mister Poubelle à coup de vérités.


Genèse du spectacle :

Ce spectacle est le fruit de rencontres et d’un séjour dans la ville de Sarajevo. M. Macre marionnettiste et auteure a écrit un texte issu de réflexions et de convictions profondes sur l’avenir de la planète. Anne Mezurat avec sa fougue créatrice, Sylvia Delagrange avec son charme et sa passion, et Nessim Bismuth avec la magie de sa musique, l’ont rejointe sur ce projet en associant leurs compétences et leur enthousiasme pour offrir un message d’amour. Michel Ledoeuf et Marianne Goumettou assurent la technique son et lumière en donnant tous les reliefs poétiques du spectacle. Tous combinent leurs énergies pour que petits et grands vivent un grand moment de spectacle en retrouvant le respect de la terre et des hommes.


Présentation du spectacle :

« Entre Miel et Pierres » aborde  la guerre, les frontières, la différence, la solidarité, l’écologie et la citoyenneté sans prétendre donner une leçon de morale ; juste une envie de contribuer à éveiller les consciences sur les l’avenir de la terre et des hommes. Des vidéos, dont certaines tournées à Sarajevo, ponctuent le spectacle, au service de personnages pris en charge par une trentaine de marionnettes, des masques. Danses et chansons rythment le spectacle en apportant des respirations où l’humour n’exclut pas la profondeur. Le parti-pris esthétique de ce spectacle fait en permanence appel à l’imaginaire des petits et des grands sans recours inutile à l’anecdotique.
Durée du spectacle: 60 minutes


Représentations :

Création le 17 janvier 2009 à 14h30, suivi d’un débat au Centre Culturel d’Ambès.
Première date: 30 avril 2009 au Théâtre municipal de Mont-de-Marsan.
« Entre et Miel et Pierres » a été accueilli en résidence à Bordeaux par le TNT du 21 au 31/12/06 et du 08 au 12/01/07; par le Glob théâtre du 16 au 19/01/07, avec présentation aux diffuseurs les 18 et 19/01/07; à Bègles par le Théâtre en Miettes du 10 au 20/04/07 avec présentation aux diffuseurs le 18 et 20/04/07; à l’OCET à Talence, les 10 et 11/07/07 avec présentation aux diffuseurs le 11 /07/07; au Molière Scène d’Aquitaine (OARA) du 01 au 05/09/08. Résidence à la Maison des Arts de Bordeaux III du 5 au 15/01/09.

Publicités